J’attends le retour de Christ

Prédicateur : Christian PRADEL

Date : dimanche 3 novembre 2019
Références : Psaume 106

Écouter la prédication en ligne

Introduction

Télécharger le fichier audio

Introduction

Je voudrai commencer en vous parlant d’une chanson de Rina Ketty, datant de 1938. Il s’agit de l’une des adaptations françaises d’une chanson italienne écrite par Nino Rastelli, Tornerai.

Elle est elle-même inspirée de l’opéra Madame Butterfly de Puccini à la fin de l’acte II, appelé « le chœur à bouche fermée ». Cette œuvre est dédiée à Hélène de Monténégro, reine d’Italie. Faisant partie du grand répertoire, il s’agit du 6e opéra le plus joué au monde, juste après Tosca du même compositeur.

Cette chanson je la dédie, non pas à la reine d’Italie, mais au Roi de l’univers, Christ.

En 1975, la chanteuse Dalida a remis au goût du jour la chanson dans une version disco qui connut également un grand succès et fera l’objet d’un album qui en portera le titre. J’attendrai…

J’attendrai
Le jour et la nuit, j’attendrai toujours
Ton retour
J’attendrai
Car l’oiseau qui s’enfuit
Vient chercher l’oubli
Dans son nid
Le temps passe et court
En battant tristement
Dans mon cœur plus lourd
Et pourtant, j’attendrai
Ton retour…

Et bien aujourd’hui, je voudrai que nous chantions cette chanson après ce message, surtout chanter ces paroles-là : « J’attendrai, le jour et la nuit, j’attendrai toujours, ton retour ».

Ce qui est primordial concernant le retour du Christ

  1. L’attente du retour de Christ est aux sources du christianisme

Vous avez certainement deviné où je voulais en venir : Oui, je veux parler du retour de Jésus-Christ, de notre bon berger, de notre maître. Attendre le retour du Maître de l’univers.

C’est une histoire ancienne. L’attente du retour de Christ est aux sources du christianisme. Cela vient des origines du christianisme. Cela nous est compté dans le livre des actes des apôtres :

« Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu’il s’en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, et dirent, Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel. » (Actes 1 : 10-11)

Dès le début, avant même que les apôtres commencèrent à annoncer l’évangile, ils savaient que le Christ reviendrait. Ce fut un moteur essentiel dans leur vie. Les tempêtes de la vie viendront, les persécutions, les difficultés à vivre leur foi à cause de leur nature pécheresse. Toutes ces choses qui jalonneront leur vie seront surmontées, car ils savaient que le Christ reviendrait et que ces ténèbres auront une fin. Cela vaut donc le coup de se battre sans relâche contre les ténèbres. Quand reviendra-t-il ? Cela, par contre, ils l’ignoraient.

  1. Le Christ reviendra dans un monde baignant dans les ténèbres

Le monde n’ira pas en s’améliorant. L’espérance du chrétien ne doit pas chercher sa force dans l’amélioration graduelle du monde. Ce n’est pas la voie que le Christ nous enseigne. Quand Christ reviendra c’est avec l’intention d’agir pour le bien des justes, ceux qu’Il a justifiés, et d’intervenir par le dernier jugement des actes ténébreux et mauvais des autres humains.

« …Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18 : 8)

« Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint, et les fit tous périr. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de souffre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra. » (Luc 17 : 26-30)

  1. Attendre le retour de Christ est une attitude puissante et réelle pour le chrétien

  1. Elle est une espérance qui nous pousse à servir l’autre

La véritable force du chrétien est dans cette attente active du retour du Christ.

« Alors on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire » (Marc 13:26)

« Mais nous, nous sommes citoyens des cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses. » (Philippiens 3 : 20-21)

« Quelle est, en effet, notre espérance, ou notre joie, ou notre couronne de gloire ? N’est-ce pas vous aussi, devant notre Seigneur Jésus, lors de son avènement ? » (1 Thessaloniciens 2:19)

Ce dernier passage lu, en 1 Th 2 : 19, nous parle de cette espérance. Elle ne produit pas du vide. Elle donne à notre vie une dimension spéciale. Elle procure de la joie. Elle nous stimule pour servir Dieu. Le service qui s’en suit a comme objectif de participer au salut des hommes et à leur sanctification. Dieu veut nous faire entrer ensemble dans sa mission pour le salut et la sainteté des humains. Il veut parfaire l’œuvre de Christ dans la personne des hommes. C’est l’accomplissement du salut. Il va transformer notre corps d’humiliation en un corps de gloire. Ce travail commence maintenant et jusqu’à son retour

Vous avez un désir de servir Dieu, c’est honorable. Ce service est orienté pour la cause de hommes et plus précisément pour son salut et sa consécration. Dieu cherche des hommes et de femmes qui soient consacrés. Ce service est donc tourné vers les autres. « Quelle est, en effet, notre espérance, ou notre joie, ou notre couronne de gloire ? N’est-ce pas vous aussi, devant notre Seigneur Jésus » (1 Th 2 : 19) nous dit Paul. Attendre et désirer la venue de Christ augmente le désir de s’engager activement dans le service de Dieu, quel que soit le don de Dieu qu’Il nous accorde.

  1. Elle est un stimulant contre le découragement et la déprime

Cette espérance nous accorde une vision de la vie qui nous permet de traverser les plus dures des épreuves. Elle combat les angoisses, la déprime. Elle renforce notre vision de la vie. Elle donne un sens à notre vie.

Cette espérance est un anti-dépresseur des plus actif. Comment faire pour qu’il soit actif ? En prenant tous les jours la dose prescrite. Quelle est donc cette dose ? Avoir la foi en Christ, annoncer son retour, l’interpeller pour qu’il revienne, … Oui, appeler le Seigneur pour qu’il revienne visiblement. « Tout œil le verra » est-il dit à divers endroits et repris au début de l’Apocalypse (1 : 7).

Voyez-vous, cette espérance est quelque chose d’actif. Vous devez la penser, la désirer, l’exprimer, …

  1. Elle est un acte de foi qui développe notre communion avec Dieu

Remarquez ce que Jésus-Christ dit dans la prière qu’il nous a laissée, le Notre Père. Cela commence tout au début : « Notre Père qui est aux cieux, que ton règne vienne, … »

La première chose que Jésus désirait quand il priait son Père, c’était que son règne vienne. Qui dit que le règne vienne, dit que Dieu vienne.

« Et l’Esprit et l’Épouse disent : Viens ! Et que celui qui entend dise : Viens ! Et que celui qui a soif vienne ! Que celui qui veut prenne gratuitement de l’eau de la vie… Celui qui rend témoignage de ces choses dit (Il s’agit de Christ qui parle là) : Oui, je viens bientôt. — Amen, viens, Seigneur Jésus ! » (Apocalypse 22 : 17, 20)

« Je viens bientôt ! », littéralement c’est le mot « vite ». Jésus Christ nous dit :
«Je viens vite ! »

Quand on entend cela, on pourrait répliquer que ce mot « vite » utilisé là, dure depuis plus de 2000 ans. J’aimerai préciser 2 choses par rapport à cela.

Nous ne pouvons pas dire que vivre 80 ans, par exemple, c’est vivre vite. Cette notion de temps est étroite pour nous et bien calibrée. 5 minutes c’est vite par rapport à 1 an. Donc on ne peut jamais dire avec la logique qui est la nôtre que 2000 ans d’histoire c’est une histoire qui s’est vite passée. Cependant, si nous comprenons que Dieu est éternel, il se nomme même l’Eternel, les 2000 ans ne sont que des fractions de temps. 2000 ans ne sont qu’un souffle éphémère pour Lui. « Vite » selon Dieu, n’est pas « Vite » selon l’humain.

C’est Léonard de Vinci qui a dit « Ce qui fait la noblesse d’une chose, c’est son éternité »

J’aimerai attirer votre attention sur une seconde chose importante. Il s’agit de cette expression « Je viens vite » et qui nous est adressée. Et paradoxalement, quand Christ parle de venir vite, il fait écho à l’éternité de celui qui le vit, Dieu. Christ qui est Eternel, va venir vite.

Vous savez quand on parle de temps, on parle de quelque chose qui concerne une période. Soit cette période tire en longueur, soit elle est courte. A lire cette expression, on se rend compte que cela va venir vite. Quand tu sais que cela va venir vite, alors tu fais tout pour être prêt rapidement. Tu ne vas pas faire autre chose. Tu ne vas pas prendre ton temps en disant : « Oh ce n’est pas grave, je verrai demain ! Aujourd’hui je vais plus plutôt m’intéresser à ceci ou à cela.

Bref, quand tu sais qu’une chose importante, très importante, va arriver ; quand tu sais qu’une personne de grande envergure, très importante pour toi, une personne qui est à l’origine de ta délivrance et de ton bonheur arrive bientôt, rapidement, vite… tu fais tout pour qu’en ce jour tu sois prêt à l’accueillir et la rencontrer.

Tu te prépares vite. C’est aujourd’hui. C’est aujourd’hui que je me prépare pour être prêt. Ce n’est pas demain, ni dans une semaine, un mois, ni dans un an, voire même à ta retraite. Non c’est aujourd’hui. Et chaque jour est un aujourd’hui, car aujourd’hui tu l’attends, car tu sais qu’il va venir vite. Alors mon ami, que fais-tu ? L’attends-tu ? As-tu oublié ce jour ? Est-ce que tu as tout fait pour vivre ce jour, car c’est peut-être aujourd’hui qu’il va venir ? Es-tu préparé ? Est-ce que tu t’es lavé ? As-tu fais ta meilleure toilette, mis ton bon costume, ta plus belle robe ? Es-tu prêt, prête à accueillir ton Sauveur, ton Seigneur, la gloire de ton Père céleste ?

N’oublie jamais de le faire chaque jour, car chaque jour il peut arriver.

Quand tu attends le Christ, le Saint-Esprit te pousse à l’appeler pour qu’il vienne. C’est le cri du cœur qui ne désire qu’une chose : Être dans la présence de Dieu, loin des ténèbres que nous offre malheureusement ce monde. Tu sais, tu sens, que c’est bientôt et que cela va venir vite.

Quand tu es dans ces dispositions-là, tu auras la capacité de résister durant les temps difficiles. Tu resteras plus facilement fidèle à sa Parole et à la direction du Saint-Esprit dans ton quotidien, tu marcheras selon les commandements du Christ. Tu sais que tu pourras aller jusqu’au bout, car il va revenir vite. Et vite, c’est 1 heure, c’est aussi 1 an, 10 ans, 50 ans. Les années du temps sont constituées de chaque présent et de chaque moment.

Vous comprenez quand je parle ainsi que cette perception n’est pas naturelle. C’est une attente qui est spirituelle et qui prend forme dans ton esprit, par le Saint-Esprit de Dieu.

  1. L’attente renforce notre sainteté et nous prépare à la délivrance

Cette attente est importante dans notre vie chrétienne. Car elle nous stimule dans ce monde de ténèbres. Christ nous délivrera des ténèbres et du jugement que ces ténèbres mêmes vont subir. Christ nous prépare pour cette rencontre. Il nous sanctifie.

L’épitre aux Thessaloniciens traite avec précision des aspects importants du retour du Christ, de sa venue, de sa parousie. Ce dernier terme est aussi employé pour parler de son retour. Il veut dire dans son premier sens : présent. C’est d’origine grec. C’est le fait d’être.

C’est l’essence. On employait volontiers parousia pour la venue ou l’arrivée de grands personnages, de rois en particulier. Plus le personnage est grand et plus sa présence compte. Ce mot a été traduit en latin par adventus qui a donné en français le mot « avènement » qui est utilisé aussi pour parler de la venue de Christ.

« Car non seulement la parole du Seigneur a retenti depuis chez vous (la ville de Thessalonique) dans la Macédoine et dans l’Achaïe, mais votre foi envers Dieu s’est répandue en tout lieu, de sorte que nous n’avons pas besoin d’en parler. Car eux-mêmes racontent à notre sujet quel accueil nous avons eu auprès de vous et comment vous vous êtes tournés vers Dieu, vous détournant des idoles pour servir le Dieu vivant et vrai et pour attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient. » (1 Thessaloniciens 1 : 8-10)

« Qu’il affermisse vos cœurs pour qu’ils soient irréprochables dans la sainteté devant Dieu notre Père, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints ! » (1 Thessaloniciens 3:13)

Quand vous prenez de la vitamine C en quantité suffisante, celle-ci permet de vous aider à combattre toutes sortes d’agressions qui affaiblissent le métabolisme de votre corps. Souvenons-nous que l’être humain ne synthétise pas la vitamine C. Elle doit donc être apportée dans l’alimentation.

L’espérance du retour de Christ, n’est pas une chose innée. Elle est un élément de notre foi qui n’est pas une évidence naturelle pour nous. Apporter dans notre vie cette espérance sera un peu comme la vitamine C ; elle nous permettra de résister à toutes sortes d’agressions dans nos vies. C’est en se nourrissant de la présence de Christ par son esprit que notre espérance de son retour va grandir en nous et nous apporter une force visionnaire dans notre vie quotidienne.

Conclusion

3 certitudes sur 7 à retenir de ce message

En guise de conclusion, je rappellerai les certitudes que la Parole de Dieu, dans le Nouveau Testament pour être plus précis, nous a apportés. Il y en a 7 au total. Nous en avons ébauché trois ce matin.

La 1ère certitude, c’est que Jésus-Christ reviendra.

La 2ème certitude, ce sera la parousie glorieuse de Christ, l’avènement glorieux du Roi. Il viendra réjouir et consoler les justes et juger les humains qui l’ont rejeté et ont commis le mal.

Je vous lis un autre texte, en plus de Marc 13 : 26 que nous avons déjà lu.

« Et je vis le ciel ouvert et voici un cheval blanc. Et celui qui est assis dessus [est appelé] Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Et ses yeux sont [comme] une flamme de feu, et sur sa tête il y a de nombreux diadèmes. [Et] il porte un nom écrit que personne ne connaît sinon lui [seul]. Et il est revêtu d’un vêtement trempé de sang. Et il est appelé du nom de « La Parole de Dieu ». Et les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues de fin lin, blanc et pur. Et une épée aiguisée (plusieurs manuscrits ajoutent : à deux tranchants) sort de sa bouche, afin qu’il en frappe les nations. Et c’est lui qui les fera paître avec un sceptre de fer et c’est lui qui foule la cuve du vin de la fureur de la colère de Dieu le Tout-Puissant. Et il a sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : « Roi des rois, et Seigneur des seigneurs. » (Apocalypse 19 : 11-16)

La 3ème certitude : Le Seigneur veut que nous l’attendions à tout moment.

« Voici, je viens comme un voleur. Bienheureux celui qui veille et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte ! » Apocalypse 16 : 15

Il y a 4 autres certitudes. Nous en avons frôlé quelques-unes, mais nous ne les avons pas abordées proprement dit. Je vous les cite :

  • Tous les hommes le verront,
  • Ce sera un jour de joie pour les croyants,
  • Ce sera l’heure du jugement et du début de Règne divin,
  • Le Seigneur nous a donné des signes de son retour.

Comment le retour de Christ va se passer ?

Pour terminer, j’attire encore votre attention sur le fait que nous trouvons dans la Parole de Dieu toute une série de passages, ici et là, qui nous permettent de mieux comprendre comment le retour de Christ va se passer. Seulement, ces passages ne sont pas tous faciles à comprendre. Il y a des passages sans ambiguïtés, ceux qui nous permettent d’avoir 7 certitudes concernant le retour de Christ. Néanmoins, d’autres passages qui nous permettent d’appréhender son retour, c’est-à-dire la manière dont s’accomplira cet événement unique et le plus important, peut être compris de différentes façons.

Je veux rappeler que ce qui est important à savoir, c’est ce qui est essentiel et que nous avons dit dans ce message : L’attente désirée, active, persévérante, donnera à nos vies un relief lumineux. Elles porteront du fruit pour la gloire de Dieu.

Attendre la venue du Christ, sa parousie, nous consacre encore plus à Dieu, nous amène à vivre par le Saint-Esprit une vie sanctifiée, fraîche et glorieuse pour Dieu le Père et Jésus-Christ son Fils.

Nous aborderons une autre fois les autres certitudes et les problèmes liés à l’espérance du retour de Christ. Une chronologie des événements précédents sa venue, pendant sa venue. C’est aborder l’eschatologie. Il s’agit de l’étude qui concerne la fin des temps. C’est le chapitre le plus difficile de la théologie. Il nous faudra donc l’aborder avec humilité, avec intelligence et avec sérénité.