L’enfer

Comment un Dieu d’amour peut-il envoyer des gens en enfer ?

Dans cette série de prédications, j’aborde certaines objections que l’on peut entendre à l’encontre de la foi chrétienne et j’essaie de donner des pistes sur la manière dont on peut répondre à ces objections. L’apôtre Pierre nous invite à réfléchir à notre foi afin de pouvoir apporter des réponses aux questions que l’on nous pose. Dans sa première lettre, nous pouvons lire ceci : « Soyez toujours prêts à défendre l’espérance qui est en vous, devant tous ceux qui vous en demandent raison ». (1 P 3.15)

Les semaines passées, j’ai abordé les thèmes suivants : La foi fait-elle intervenir la raison ? La science moderne discrédite-t-elle la foi ? Que dire des guerres de religion ? La résurrection de Jésus est-elle une légende ou un fait historique ? Si Dieu existe, pourquoi le mal et pourquoi la souffrance ?

Nous avons vu à chaque fois que le message biblique est solide, cohérent, et même logique. En abordant ces thèmes sous un angle plutôt rationnel, je ne veux pas non plus écarter l’aspect émotionnel de la foi car il a toute sa place. La foi fait intervenir nos sentiments et notre intelligence. Après tout, c’est qui nous a créés ainsi, avec la capacité de ressentir des émotions et de réfléchir. Ici, nous continuons cette série de prédications et nous abordons maintenant le thème de l’enfer. Beaucoup de personnes de tout arrière-plan trouvent que le Dieu décrit dans la Bible n’est pas assez bon. Ils refusent de croire en lui à cause de l’enseignement sur l’enfer. Comment un Dieu d’amour peut-il envoyer des gens en enfer ? Nous allons regarder ce que dit Jésus à ce propos, mais avant cela j’aimerais prendre le temps de donner quelques précisions sur cette question.

[1. Il est normal de se poser la question]

Premièrement, il est normal de se poser cette question. Tout à l’heure j’ai dit que nous abordons en ce moment des thèmes bibliques sous l’angle de la raison. Mais quand on parle de l’enfer, il est difficile, voire impossible, de le faire en mettant de côté nos émotions. Si la mention de l’enfer dans la Bible pose problème, c’est justement parce que nous sommes des êtres émotionnels et nous avons du mal à concevoir que Dieu puisse envoyer des gens en enfer.

La plupart d’entre nous avons déjà perdu des proches, membres de notre famille, amis ou connaissances. Parmi eux, il y a peut-être des gens qui n’avaient pas mis leur foi en Jésus. Si c’est le cas, vous avez peut-être déjà eu les mêmes questionnements que moi. Comment Dieu peut-il laisser cette personne aller en enfer ? Dieu n’est-il pas bon ? Ne peut-il pas faire en sorte qu’on aille tous au paradis ?

La Bible enseigne quelque chose qu’on n’a pas envie de croire : l’existence de l’enfer. C’est quelque chose que l’on enseigne même aux enfants dans nos Églises. L’un des versets qu’on leur enseigne le plus, c’est Jean 3.16 : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. »

Ce verset est très clair, il y a deux issues possibles, périr ou avoir la vie éternelle : « afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. » Il y a donc des gens qui périssent parce qu’ils ne croient pas en Jésus. Il est normal de se poser la question : pourquoi Dieu ne sauve-t-il pas tout le monde ? Comment peut-on penser d’une part que Dieu aime tous les hommes et d’autre part qu’il en envoie certains en enfer ? Est-ce compatible ? Je pense que ces questions sont légitimes, c’est la première chose que je veux souligner. Le deuxième point que je veux relever, c’est qu’il faut prendre ces questions très au sérieux.

[2. Il faut prendre ces questions au sérieux]

Il ne faut pas prendre à la légère notre réflexion sur l’enfer. « Si je prétends qu’il n’y a pas d’enfer alors qu’il existe, je risque de conduire les gens précisément dans un endroit dont j’ai [publiquement] nié l’existence ! Et si je prétends à tort que l’enfer existe ? Je risque de forcer les gens à passer leur vie à mettre en garde leurs bien-aimés. Et à propos de quoi ? D’un endroit terrifiant qui n’existe même pas ! » (Francis Chan) On ne peut pas prendre la question de l’enfer à la légère. « Vous ne pouvez pas juste donner votre avis et continuer tranquillement votre chemin. » (Francis Chan) Il y a beaucoup trop de choses en jeu et surtout trop de personnes en jeu. Prenons donc cette question au sérieux. Ce matin je ne peux pas traiter cette question à fond, ça me prendrait plusieurs heures. Je vous invite donc à continuer d’y réfléchir chez vous, en lisant la Bible et surtout en priant. La troisième chose que j’aimerais souligner, c’est que Dieu est Dieu.

[3. Dieu est Dieu]

Dieu est Dieu et donc il fait ce qu’il veut. De nombreux passages des Écritures parlent de la souveraineté de Dieu. Le psaume 115 en fait partie. Voici ce que nous lisons au verset 3 : « Notre Dieu est au ciel, il fait tout ce qu’il veut. » Si Dieu existe, ce n’est pas nous qui allons décider qui il est ou comment il est.

De nos jours, les gens ont tendance à s’imaginer Dieu comme ils le souhaiteraient. C’est dans l’air du temps, on veut tout personnaliser. En faisant cela, c’est comme si nous érigions une idole. Nous nous créons un Dieu tel que nous le voudrions, bien souvent, un Dieu qui nous ressemble ! Mais si Dieu existe, il est comme il est, même s’il ne correspond pas à l’image que l’on se fait de lui, cela ne changera rien sur sa personne.

La Bible affirme que le cœur humain est corrompu. À cause cette corruption, nous ne sommes pas en phase avec Dieu. La Bible enseigne qu’il y a une énorme distance entre notre manière de penser et sa manière de penser. Voici ce que Dieu a dit à travers le prophète Esaïe : « vos pensées ne sont pas mes pensées et mes voies ne sont pas vos voies, déclare l’Éternel. Le ciel est bien plus haut que la terre. De même, mes voies sont bien au-dessus de vos voies, et mes pensées bien au-dessus de vos pensées. » (Esaïe 55.8-9)

À cause de cette distance, on doit s’attendre à ce que Dieu nous enseigne des choses qui entrent en conflit avec notre façon naturelle de penser. C’est une raison de plus pour dire que nous ne pouvons pas écarter un enseignement de la Bible juste parce que cela n’entre pas dans nos cases. Regardons maintenant ce que dit la Bible à propos de l’enfer.

[Enseignement biblique sur l’enfer]

Certains lecteurs de la Bible pensent avoir trouvé des passages qui affirmeraient que personne n’ira en enfer. Autrement dit, nous irions tous au paradis. Les deux textes les plus cités sont Philippiens 2 et 1 Corinthiens 15.

Voici ce qu’on peut lire dans Philippiens 2.9-11. L’auteur parle de Jésus et il dit à son propos : « Dieu l’a élevé à la plus haute place et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom afin qu’au nom de Jésus chacun plie le genou dans le ciel, sur la terre et sous la terre et que toute langue reconnaisse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. »

Ce texte enseigne qu’à la fin des temps, tout le monde reconnaîtra que Jésus est le Seigneur. C’est tout à fait vrai. Mais ce texte ne dit pas du tout que tout le monde sera au paradis. Il dit simplement que chaque être humain reconnaîtra la royauté de Jésus, qu’il fasse partie du royaume des cieux ou non.

Un autre passage se trouve dans la première lettre de Paul aux Corinthiens et il dit ceci : « Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ » (1 Co 15.22) Mais le contexte nous apprend que c’est ceux qui donnent leur vie à Jésus qui auront une nouvelle vie. Il suffit par exemple de lire le verset suivant : « Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun à son propre rang: Christ en premier, puis ceux qui appartiennent à Christ lors de son retour. » C’est tous ceux qui ont donné leur vie à Jésus qui revivront en Christ. Regardons maintenant ce que dit Jésus à propos de l’enfer.

Il en parle à plusieurs reprises, mais ce matin j’aimerais juste prendre un texte significatif de son enseignement. Matthieu 25.31 à 34 et 41 :

31 Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire avec tous les [saints] anges, il s’assiéra sur son trône de gloire. 32 Toutes les nations seront rassemblées devant lui. Il séparera les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs; 33 il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche. 34 Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: ‘Venez, vous qui êtes bénis par mon Père, prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la création du monde!
[…]
41 Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: ‘Éloignez-vous de moi, maudits, allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges!

Dans ce passage, Jésus décrit le jour du jugement dernier qui aura lieu lors de son retour. Jésus jugera chaque être humain et il y aura deux issues : le royaume des cieux ou le feu éternel. Pratiquement à chaque fois où il en est question, Jésus parle de l’enfer comme un feu éternel. Est-ce une image ou est-ce que c’est à comprendre littéralement ?

On sait que dans la Bible, l’image du feu est souvent utilisée comme un symbole. Par exemple, on peut lire que la langue est un feu (lettre de Jacques). Dans l’apocalypse, les yeux de Jésus sont décrits comme des flammes de feu. L’apôtre Paul dit que nos œuvres brûleront le jour du jugement (1 Co 3.15).

Il me semble qu’ici le feu est encore une fois un symbole. Mais quoi qu’il en soit, ça ne remet pas en question le fait que l’enfer est un lieu de souffrances. C’est un lieu de souffrance, car c’est là où l’amour de Dieu est absent. Mais comment se fait-il qu’il y ait des endroits où l’amour de Dieu est absent ? L’amour de Dieu n’est-il pas infini ?

D’après la Bible, Dieu a manifesté son amour en Jésus. C’est notamment le verset de Jean 3.16 : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle. » Par amour pour nous, Dieu a donné son fils. Mais tout le monde accepte-t-il cet acte d’amour ? Tout le monde accepte-t-il de reconnaître son besoin de Dieu ?

CS Lewis a écrit ceci à propos du jugement et de la destinée de l’Homme : « En somme, il n’y a que deux types de personnes : ceux qui disent à Dieu « Que ta volonté soit faite », et ceux auxquels finalement Dieu dit « Que ta volonté soit faite ». »

Dans sa lettre aux Romains, l’apôtre Paul parle du sort de ceux qui ne suivent pas Jésus, il dit que : « Dieu les a abandonnés aux désirs de leur cœur. » (Ro 1.24)

Tout ce que Dieu fait aux gens à la fin, c’est leur donner ce que leur cœur désire le plus, y compris le droit de ne pas lui être soumis.

Pour conclure, revenons à notre question de départ : comment un Dieu d’amour peut-il envoyer des gens en enfer ?

En fin de compte, Dieu n’envoie pas les gens en enfer. Dieu ne jette pas les gens en dehors de sa présence. Ce sont les gens qui choisissent de se couper de Dieu, ils refusent son amour et son royaume. Ces quelques réflexions sur l’enfer vous font peut-être réagir. N’y a-t-il pas plus d’espoir que cela ? Dieu est tellement grand, ne peut-il pas mettre en place un plan B pour ceux qui sont perdus ?

Nulle part dans la Bible, il n’est question d’un plan B. En fait, si on avance l’hypothèse qu’il pourrait y avoir un plan B, ça veut dire que le plan A de Dieu a raté. Mais Dieu a un plan parfait, il n’a pas besoin d’un plan B.

En revanche, j’ai déjà entendu des beaux témoignages très surprenants. Par exemple, il n’y a pas longtemps, j’ai eu connaissance du témoignage d’un homme qui était sur son lit de mort. Et peu avant de mourir, Jésus s’est révélé à lui, il s’est repenti de son incrédulité, il a confessé Jésus comme son Seigneur, et il est décédé. Comme le dit une amie, au ciel nous aurons de belles surprises !

Dieu nous demande de croire en la réalité de l’enfer pour ceux qui refusent la grâce de Jésus. Et il nous demande aussi de lui faire confiance, car son plan est parfait. Une fois j’ai entendu quelqu’un dire qu’il ne serait pas heureux au ciel si sa famille n’y est pas. Je partage tout à fait cette pensée. En même temps, dans le livre de l’Apocalypse, Dieu nous promet qu’au ciel, il n’y aura plus aucune tristesse. Nous serons dans la joie. C’est une promesse. Comment penser que nous serons dans la joie s’il manque des gens que l’on aime ?

Pour moi c’est un mystère. Dieu me demande à la fois de croire qu’il y aura un jugement et d’avoir confiance en son plan parfait pour moi et pour ceux que j’aime. Je ne peux pas tout comprendre, mais  je suis invité à mettre ma foi en lui et à continuer de proclamer l’Évangile, afin que ceux qui croient en Jésus ne périssent pas, mais qu’ils aient la vie éternelle.

[Temps de questions après la prédication]

Comment expliquer que Dieu se révèle à certains et pas à d’autres ? Y aurait-il des privilégiés ? Exemple : l’apôtre Paul à qui Jésus est apparu.

Réponse : C’est une question qui concerne la souveraineté de Dieu. Comme on l’a vu : « Dieu fait ce qu’il veut » (Psaume 115.3). Néanmoins, en parlant de l’apôtre Paul, il cherchait sincèrement Dieu dans le judaïsme légaliste. Jésus lui est apparu pour lui révéler la voie de Dieu. Dans les Évangiles, Jésus a dit : « qui cherche trouve » (Matthieu 7.8). J’ai déjà entendu des témoignages de personnes qui ne connaissaient pas Jésus, mais qui cherchaient à connaître le Dieu créateur, et Dieu s’est révélé à eux.

Peut-on parler de privilèges ? Je ne sais pas, mais pour ma part je me sens privilégié. Tout comme je me sens privilégié d’être né dans un pays « riche ». Du coup, je me sens le devoir de partager une partie de mes biens à ceux qui sont dans le besoin. Nous devrions réagir de la même manière avec l’Évangile : partager cette nouvelle à ceux qui sont autour de nous.

Qu’en est-il de ceux qui vivent dans un contexte où ils n’ont jamais entendu parler de Jésus ?

Réponse : Comme je l’ai dit : « qui cherche trouve ». Dans sa lettre aux Romains (1.18-21), Paul met en évidence que Dieu se révèle à tous par sa création. Dans les Psaumes, nous lisons que le ciel raconte la gloire de Dieu (Ps 19). Ainsi, même sans une révélation spécifique, tous les hommes peuvent  approcher le créateur.

Par ailleurs, il est dit dans les Écritures que chacun sera jugé selon ce qu’il aura entendu. Et nous pouvons faire confiance à la justice de Dieu.

Tu as dit que nous ne serons pas tristes au paradis, même s’il manque des êtres qui nous sont chers. Est-ce parce que nous perdrons nos souvenirs terrestres ?

 Selon la Bible, nous ressusciterons tout comme Jésus est ressuscité (1 Co 15.23). Or Jésus avait les cicatrices des clous sur ses mains et ses pieds. Il avait encore le souvenir de ses disciples. Son corps était un peu différent (on parle de corps glorifié), mais il y aura une continuité entre notre vie présente et celle à venir. Nous garderons notre personnalité propre. La différence, c’est que notre corps ne sera plus entaché par le péché.

À propos de la fin des temps et de nos proches, je pense que nous pouvons faire confiance à la justice de Dieu, à sa bonté et à son amour. Il agit toujours avec amour et justice. Au ciel, nous ne serons pas tristes et nous n’aurons que de belles surprises. Nous nous dirons : Dieu est encore plus juste et plus bienveillant que ce que je pensais. Non pas qu’il n’y aura pas de punition ou de réel jugement. Mais nous comprendrons mieux, il me semble, son plan.

Toutefois, en attendant d’être au ciel, Dieu nous demande de proclamer l’Évangile sans lequel il n’y a pas de salut.

Christian Huy

Sources principales :
L’enfer ignoré de Francis Chan
La raison est pour Dieu de Timothy Keller