Accomplir nos projets ?

Timothé DanielPrédicateur : Timothé Daniel

Date :
Dimanche 18 avril 2021
Références :
2 Samuel 7 : 1 - 17

Télécharger le fichier audio

Introduction

Suivre nos rêves, agir selon nos envies, voir grand et se donner les moyens d’accomplir nos projets. Voici quelques phrases que l’on entend et qui sont bien à la mode dans notre monde. Ces leitmotivs sont particulièrement présents sur les réseaux sociaux et ils peuvent nous poser question.

Il y a quelques temps j’ai eu l’occasion de prêcher sur l’inauguration du temple de Dieu par Salomon. C’était l’occasion de voir l’attitude de Salomon face à cette œuvre, mais aussi l’accomplissement d’une promesse de Dieu.

Et justement j’aimerais ce matin revenir avec vous sur les circonstances dans lesquelles cette promesse a été faite par Dieu. Souvenons-nous que cette promesse n’avait pas été faire à Salomon, mais à son père David, comme on le voit dans le texte que je vous invite à lire ensemble : 2 Samuel 7 : 1 – 17.

Un beau projet

Au moment où cet épisode se passe, la royauté de David est enfin établie après des années de lutte avec Saül, il a reconquis Jérusalem et en a fait ce qu’on a appelé « La cité de David », il l’a restaurée et lui a rendu sa gloire d’antan, voire plus. Il a défait les philistins, il a ramené l’arche de l’alliance à Jérusalem. Tout va bien pour lui et il en est conscient.

Et c’est en fait de cette prise de conscience que va naître son projet de bâtir un temple à Dieu. Lui, il vit dans un beau palais, sa vie est enfin ce que Dieu lui avait promise en le choisissant comme roi d’Israël. Il est reconnaissant envers Dieu et il veut manifester cette reconnaissance. Il voit alors le contraste entre son palais et le lieu où Dieu « habite » comme quelque chose à rectifier. Lui vit dans un palais de cèdre, et Dieu habite dans une tente, comment est-ce possible ?

Il va alors prendre à cœur le projet de bâtir un temple pour Dieu, de lui faire une demeure qui soit digne de lui. Et avec cette idée en tête il va voir le prophète Nathan pour le consulter. En consultant un prophète, c’est évidemment la volonté de Dieu que David veut connaître, mais il est intéressant de voir que dans un premier temps elle ne va pas lui être communiquée, puisque Nathan va commencer par lui donner son propre avis. C’est intéressant parce que cela nous donne la possibilité d’avoir sur ce sujet une opinion humaine certes, mais venant d’un homme qui connaît Dieu et que Dieu a choisi pour transmettre sa parole. Et l’avis que Nathan donne en tant qu’homme de Dieu est un avis favorable à ce projet : « Va et réalise les projets qui te tiennent à cœur ». En soi l’idée de David est une bonne idée, ce projet est bon.

Alors puisque ce projet est bon et que même le prophète Nathan est de cet avis, on aurait pu s’attendre à ce qu’il se réalise rapidement et que Dieu en soit glorifié. Mais comme nous l’avons lu, cela ne s’est pas passé comme ça.

Un projet remis à plus tard.

Dieu lui-même va remettre ce projet à plus tard. Comme on l’a vu ce projet était bon d’un point de vue humain, même éclairé.

Cependant, on peut déceler dans l’envie de David de construire ce temple plusieurs éléments discutables :

  • Le fait de vouloir à tout prix construire un temple à Dieu peut rappeler la manière païenne de voir la relation avec les divinités : dans cette vision les êtres humains sont là pour « prendrez soin » des dieux, en leur fournissant une belle habitation, et des offrandes pour s’attirer leurs bontés. Ce n’est pas la relation que Dieu a avec ses créatures.
  • Les rois des pays alentours avaient de beaux temples pour leurs dieux, et David a pu vouloir faire pareil, ou faire mieux, pour montrer à quel point Dieu était plus grand, mais probablement aussi pour asseoir sa royauté. Comment être vu comme un bon roi s’il ne peut même pas « prendre soin de son Dieu » ?
  • Il veut soigner la demeure terrestre de Dieu, mais sa vraie demeure n’est pas terrestre.

Face à ces circonstances Dieu ne tue pas le projet, il annonce qu’il sera bel et bien réalisé, mais plus tard et pas par David.

Cela a dû être difficile à vivre pour David. Imaginons sa déception. Qu’allait penser le peuple ? Qu’allaient penser les rois des autres pays ?

Cela peut être notre situation aussi. Parfois nous pouvons avoir des envies, des projets, qui manifestement vont dans le sens de la volonté générale de Dieu. Mais il arrive que ces projets n’aboutissent pas alors qu’ils étaient bon. Quelle est notre réaction alors ?

La réaction de David a été de s’agenouiller et de prier. Dans sa prière, qui constitue la fin du chapitre et que je vous encourage à lire cette semaine David se souvient de tout ce que Dieu a fait pour lui, et il le remercie pour cela et c’est cette attitude de reconnaissance et de confession de qui est Dieu qui l’aide à accepter cette situation.

Au final le texte ne nous dit par pourquoi Dieu a décidé que ce ne serait pas David qui bâtirait le temple mais son fils Salomon, et cela ressemble bien aux situations que l’on peut vivre : on ne sait pas toujours, peut-être même pas souvent pourquoi Dieu décide. De faire aboutir certains projets et pas d’autres. Ce que le texte nous donne par contre c’est l’exemple frappant de la soumission de David à la volonté de Dieu qui le dépasse de loin.

Conclusion : Une promesse pour l’éternité

Au sein du « refus » de Dieu face au projet de David se trouve aussi une promesse :

  • La promesse que David aura un fils qui lui succédera sur le trône et que ce fils accomplira le projet de David.
  • Mais aussi une promesse qui va beaucoup plus loin : la promesse d’une dynastie et d’un trône inébranlable et à perpétuité.

Cette deuxième promesse va bien plus loin que David, ou que Salomon. Elle nous parle d’un descendant qui arrivera bien plus tard et d’un règne qui dépassera tous les autres, elle nous parle de Jésus.

C’est Jésus qui est ce descendant de David, qui règne pour l’éternité, non plus seulement sur un peuple, mais sur toute la création.

C’est ce qui doit nous pousser à confier tous nos projets, tous nos rêves à Dieu, à lui confier leur accomplissement en acceptant sa souveraineté, et sa volonté qui dépasse la nôtre, et à chercher toujours plus sa volonté pour que nos projets puissent s’inscrire dans son projet, le plus beau qui soit, celui du salut pour le monde.

Commentaires fermés.