Distanciation ou proximité ?

Prédicateur : Claude BRUGUIÈRE

Date : dimanche 14 juin 2019
Référence : 1 Timothée 4 : 7

Écouter la prédication en ligne

Télécharger le fichier audio

Pendant le confinement, nous avons suivi les cultes de l’Eglise M de Valence avec Géma Taboyan ou Jean-Pierre Civelli. Dès le 1er culte, le 22 mars, Géma Taboyan a proposé une formation complémentaire sur «  La maturité spirituelle » que certains ont peut-être suivi.

L’introduction à cette formation s’appuyait sur un court verset qui se trouve dans l’épitre à Timothée (1 Timothée 4.7) version semeur :

« Entraine-toi plutôt à rester attaché à Dieu ».

Huit mots plus la référence que je vous invite à mémoriser et qui vont retenir notre attention.

Distanciation ? ou proximité ? « Rester attaché à Dieu », pendant cette période d’isolement et de distanciation sociale c’était un bel objectif pour chacun de nous.

Si nous avions pris nos distances avec Dieu ce verset nous invitait à nous rapprocher et même à nous attacher à Dieu et cela pour notre bien.

Nous allons préciser cela dans un moment mais pour l’instant je vous propose de lire le contexte.

Paul écrit à Timothée son collaborateur précieux resté à Ephèse alors que lui poursuit sa route en Macédoine. Nous savons que Timothée est le fils d’une femme chrétienne d’origine juive et d’un père grec. Paul lui recommande de rester à Ephèse pour y encourager et enseigner les chrétiens. Et par ricochet pour nous encourager et nous enseigner.

Nous lisons : 1 Timothée 3.14 à 4.10

« Entraine-toi plutôt à rester attaché à Dieu » 1 Timothée 4.7

Je vous propose de décortiquer cette phrase et de voir ce que nous pouvons en tirer à la lumière du contexte que nous avons lu. Nous allons le faire en partant de la fin. Nous verrons successivement les mots « rester attaché à Dieu » ensuite le mot « plutôt » et enfin « Entraine-toi ».

Rester attaché à Dieu

Il ne nous est pas demandé de nous attacher à Dieu mais de rester attaché. Ce n’est pas tout à fait la même chose. En fait nous sommes déjà attachés à Dieu car il l’a voulu ainsi. Selon son plan, il a fait alliance avec sa créature. Une 1ère alliance avec Abraham et une deuxième alliance en envoyant Jésus son fils sur cette terre pour nous sortir de notre condition de pécheurs perdus et nous obtenir le salut. C’est ce que dit le début du passage que nous avons lu ch. 3 v 16

« Voici ce que nous reconnaissons ensemble : il est grand le secret du plan de Dieu, le Christ qui fait l’objet de notre foi.
Il s’est révélé comme un être humain, et, déclaré juste par l’Esprit divin, il a été vu par les anges, il a été proclamé parmi les non-Juifs. On a cru en lui dans le monde entier. Il a été élevé au séjour de gloire. »

Dieu s’intéresse à l’homme et il veut son bien. Il n’est pas resté confiné au ciel. Que nous le voulions ou pas, que nous prenions nos distances avec lui ou pas, cela ne change rien à la réalité : Dieu est le bienfaiteur de tous les hommes, il s’est attaché à nous et il attend que nous restions attachés à lui, que nous lui fassions confiance (v 10) « Nous avons mis notre espérance dans le Dieu vivant qui est le bienfaiteur de tous les hommes et au plus haut point de ceux qui se confient en lui. »

Questions pour aller plus loin :

Dieu est-il notre bienfaiteur ? Notre objectif est-il de rester attaché à lui ?

Plutôt

On a envie de demander « plutôt que quoi ? » Ici dans le texte il s’agit de mauvais enseignements inspirés par les démons et cela se passe dans l’Eglise. Des prédicateurs mal inspirés (des prédicateurs de mensonges) qui vont ajouter des directives sur la manière de se comporter.

Nous sommes placés ici dans la perspective de la fin des temps. Le texte nous dit que dans les derniers temps plusieurs se détourneront de la foi pour s’attacher à des esprits trompeurs et à des enseignements inspirés par des démons.

A l’époque, il s’agissait de fausses doctrines relatives aux aliments et aux mariages qui seraient à proscrire.

Quels pourraient être les écueils à éviter de nos jours ? Le danger est sans aucun doute toujours présent et plus présent qu’à l’époque car nous nous rapprochons de la fin des temps.

Je pense aux adeptes qui militent pour être végétariens, puis végétaliens (ni œufs ni lait ni produits laitiers), ensuite végan (+ qu’un régime, exclut tout produit issu de l’exploitation animale) et pour finir anti-spécistes (pas de différence entre l’espèce humaine et l’espèce animale)

Tout récemment au niveau de la pastorale, nous avons été mis en garde contre les dérives sectaires qui ont été signalées suite à la crise sanitaire du COVID 19.

Je lis un extrait d’un article de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires :

« Durant la période de la crise sanitaire, les enfants sont exposés à des discours anxiogènes, particulièrement lorsque les parents adhèrent à un groupe sectaire. La pandémie mondiale est présentée par certains prédicateurs, gourous ou idéologues comme :

Le révélateur de la volonté de la puissance divine,
Un avertissement de la « Nature » de forces obscures ou d’esprits divins,
Un châtiment envoyé par Dieu et le signe de l’imminence de l’apocalypse.
Le retour à la croyance comme seule solution salvatrice »

Dans ce même communiqué qui émane du ministère de l’éducation nationale nous avons aussi des mises en garde alimentaires :

« Depuis quelques semaines des régimes alimentaires anti-coronavirus font la une des médias. Pour résister au coronavirus certains « pseudo-praticien conseillent de boire un jus de légumes, de pratiquer le jeûne ou des bains froids pour s’endurcir et résister au virus. »

Voilà des exemples de situations auxquelles nous devons faire face de nos jours.

Comment faire la part des choses ? comment discerner le vrai du faux ?

La réponse, me semble-t-il, est la même que dans notre texte, elle est contenue dans ce simple mot PLUTOT.

Plutôt que de prêter attention à ces discours, plutôt que de chercher à savoir ce qui est bon et ce qui ne l’est pas :

Entrainons-nous (Entraine-toi) plutôt à rester attaché à Dieu.

Il peut y avoir aussi d’autres réalités plus personnelles que nous pouvons associer à ce PLUTOT.

Ce peut-être une vie trop remplie qui nous fait courir d’une activité à l’autre sans aucun répit. Ce peut-être une addiction qui nous accapare et nous détruit petit à petit (Plutôt que cela restons attachés à Dieu).

Et enfin, si l’on considère uniquement cette phrase « Entraine toi plutôt à rester attacher à Dieu », rien n’étant suggéré pour accoler à ce plutôt, j’y vois là la force de la proposition de rester attaché à Dieu en toute circonstance et quoi qu’il arrive. Rien de ce que l’on peut mettre en balance ne fera le poids et sera plus important que cet attachement à Dieu.

Questions pour aller plus loin

Quels sont les dangers qui me guettent aujourd’hui ? Qu’y-a-t-il pour moi derrière ce plutôt ? Suis-je prêt à accepter le fait que rien n’est plus important que mon attachement à Dieu ?

Entraine-toi

Non à faire mais à être, à demeurer, à rester. Il s’agit là de prendre une position et de la garder. Nous pensons trop souvent peut-être que l’on doit faire et toujours faire et faire toujours plus pour être un bon chrétien. Il ne s’agit pas de faire pour être, le sens des choses n’est pas celui-ci : faire pour être ; il s’agit d’abord d’être et alors nous ferons.

Nous sommes invités ici à nous entrainer à Être, c’est le niveau supérieur, le reste (ce que nous ferons) ne sera que la conséquence.

S’entrainer, c’est d’abord prendre une décision et ensuite se discipliner pour s’y tenir. Avant de prendre la décision, il est nécessaire de savoir si c’est une bonne décision pour moi. Plus je serai convaincu que c’est une bonne décision plus j’aurai des chances de m’y tenir au fil du temps.

Assurément, il s’agit ici d’une bonne décision. Au v10 « nous avons mis notre espérance dans le Dieu vivant qui est le bienfaiteur de tous les hommes et au plus haut point de ceux qui se confient en lui »

Il s’agit d’une décision pour notre bien

Je décide et veux m’entrainer à rester attaché Dieu. Il s’agit de se le dire et de se le redire chaque jour (peut-être chaque nuit alors que nous ne dormons pas).

Jusqu’à ce que cela devienne ancré en nous que ça devienne un trait de notre caractère, notre seconde nature, notre nouvelle nature d’enfant de Dieu.

Questions pour aller plus loin

Est-il avantageux d’être chrétien ?

Est-ce que l’ETRE et le FAIRE sont à la bonne place dans ma vie ? (différence entre ce que je suis et ce que je fais).

En conclusion je relirai le verset 8 « L’attachement à Dieu est utile à tout puisqu’il possède la promesse de la vie pour le présent et pour l’avenir. C’est là une parole certaine et qui mérite d’être reçue sans réserve »

« Entraine-toi plutôt à rester attaché à Dieu » 1 Timothée 4.7

Gardons ce verset en mémoire pour la vie après le déconfinement Lorsque nous aurons repris nos proximités avec le monde que nous puissions aussi garder cette proximité avec Dieu !

Et je rajouterai aussi les paroles de ce vieux cantique « Mon Sauveur vous aime »

1:

Si vous saviez quel Sauveur je possède !
Il est l’Ami le plus tendre de tous.
Il sympathise, il prie, il intercède.
Oh ! je voudrais qu’il fût aussi pour vous !

refrain:

Mon Sauveur vous aime,
Ah ! cherchez en lui
Votre Ami suprême,
Votre seul appui.

2:

Si vous saviez la paix douce et profonde
Que le Sauveur dans mon âme apporta !
Céleste paix que méconnaît le monde,
Elle jaillit pour vous de Golgotha.

3:

Si vous saviez quelle douce espérance
Le Dieu de paix fait rayonner des cieux !
Combien sa voix sait calmer la souffrance,
Et son regard rendre le cœur joyeux !

 

Commentaires fermés.